Article

Mon ado grignote n’importe quoi au retour de l’école...que faire?

1 juin 2018

melon_d-eau_ados_300x200-1.png

Lorsque votre ado rentre de l’école, il arrive que vous ne soyez pas là pour lui offrir une collation. Vous n’avez pas la moindre idée de ce qu’il mange et vous voyez le contenu du garde-manger diminuer de jour en jour. Un jour votre ado rentre affamé et le jour suivant, il n’a pas faim. Cette partie que vous n’arrivez plus à contrôler vous stresse? Pourtant, ce processus d’autonomie est essentiel dans la vie de votre adolescent. Vous avez un rôle important à jouer. Vous restez un guide essentiel dans cette étape de leur vie. Voici donc comment vous pouvez l’aider : 

Offrir une qualité alimentaire intéressante.

  • Ce concept est important. Plus un même type d’aliments est offert, plus il est tentant de le consommer. Par exemple, si vous achetez plusieurs sortes de céréales à déjeuner, il sera tentant de toutes les essayer. Votre rôle reste important dans le choix final des aliments offerts pour favoriser leur consommation. Évidemment, les aliments que vous choisissez peuvent sembler moins populaires au début, mais avec le temps si vos adolescents n’ont pas d’autres options, ils finiront par être tentés d’y goûter. Choisissez une ou deux sortes d’aliments différents pour éviter les tentations trop fortes des choix avec des sucres, des gras ajoutés et plus transformés comme les produits céréaliers (barre et céréales à déjeuner). Augmentez les choix variés pour ceux qui sont frais et sans ajout comme les fruits, les légumes, les produits laitiers, etc.   
  • Sachez vendre votre produit. Placez toujours des fruits à la vue de votre ado. Il n’aime pas les fruits entiers? Préparez à l’avance une salade de fruits ou une compote non-sucrée. Cela est aussi un choix intéressant. Agissez de même avec les légumes.
  • Osez l’impliquer dans certains choix des nouveaux produits plus nutritifs en établissant vos règles de sélection claires. Magasinez-les ensemble pour les motiver à les essayer plus rapidement. 

Montrez à votre ado que les aliments nutritifs sont compatibles avec ce qu’il aime 

  • Votre ado veut manger un muffin en rentrant de l’école? Pourquoi ne pas les cuisiner avec lui la fin de semaine et l’accompagner d’un bon verre de lait ou d’un yogourt. 
  • N’oubliez pas d’être un modèle positif avec votre routine. En préparant vos collations avec lui, il pourrait davantage être motiver d’en consommer et d’en préparer à son tour. Restez ouvert à l’égard des comportements désorganisés de votre ado. En lui imposant d’être comme vous, vous pourriez créer l’effet contraire. N’oubliez pas qu’il est en quête d’autonomie et il commencera à faire ses expériences et ses propres choix. Alors, discutez des expériences entourant ses choix alimentaires et guidez-le dans des choix sains en lui proposant ce type d’activités, sans le forcer.    

Clarifiez d’avance ses besoins pour éviter d’être dans l’urgence 

  • Parmi une liste de collations futées, demandez à votre ado d’en entourer trois à l’avance et assurez-vous qu’elles soient disponible à la maison. 

Assurez-vous qu’il mange suffisamment dans la journée pour éviter que votre ado arrive affamé de l’école

  • En sautant des repas, comme le déjeuner, cela pourrait être associé à une alimentation moins saine. Par exemple, une faible consommation de fruits et légumes, un apport élevé de sodium et un apport riche en énergie provenant des aliments plus sucrés et gras font partis d’une alimentation à travailler. Par conséquent, en adoptant des habitudes de repas régulières, cela peut aider votre adolescent à améliorer sa qualité de régime alimentaire. S’il ne déjeune pas, ne le forcez pas. Il faut rester dans le respect de ses signaux d’appétit. Suggérez-lui fortement qu’il s’apporte une collation nutritive sur le pouce pour prévenir les débuts de petits creux en milieu d’avant-midi et pour éviter d’être trop affamé lors de la pause du dîner ou en fin de journée.  

Références : 

  1. Rodrigues PRM. Et al. Adolescents' unhealthy eating habits are associated with meal skipping. Nutrition. 2017 Oct; 42:114-120.e1. doi: 10.1016/j.nut.2017.03.011. Epub 2017 Apr 5. 
  1. BÉDARD, B., L. DUBOIS, R. BARALDI, N. PLANTE et autres (2010). Les jeunes Québécois à table : regard sur les repas et collations. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – nutrition (2004), Québec, Institut de la statistique du Québec, 60 p. 
  1. Barbara E. Kahn et al. The influence of assortment structure on perceiveid variety and consumption quantities. Journal of consumer research, 1999, vol. 30 n°4, pp. 527-546. 
Partager
Article écrit par Amandine Moukarzel, nutritionniste Catégories présentes: collation| Famille| Nutrition