Article

La participation sportive chez les adolescents : un facteur de protection pour la détresse psychologique

1 septembre 2018

basketball_adolescents_heureux_300x200.png

La participation sportive chez les adolescents : un facteur de protection pour la détresse psychologique

Est-ce que les adolescents pratiquant un sport sont moins à risque de vivre, l’année suivante, de l’isolement et des symptômes de dépression et d’anxiété sociale?

C’est l’hypothèse qu’ont voulu vérifier le professeur Frédéric Nault-Brière, de l’École de Psychoéducation de l’Université de Montréal, et une équipe de chercheurs en menant une étude auprès de 17 500 adolescents au secondaire. Les chercheurs ont également voulu vérifier si ces associations variaient selon la fréquence et le type de sport (individuel/équipe) ainsi qu’en fonction des caractéristiques de l’adolescent (sexe, âge, difficultés psychologiques préexistantes).

Frédéric Nault-Brière et ses collègues se sont appuyés sur les recherches antérieures suggérant que la participation sportive serait un facteur atténuant la détresse psychologique chez les individus.

Une étude de grande envergure

Cette étude s’appuie sur des données provenant d’étudiants au secondaire (niveau 1 à 4) qui ont pris part à l’évaluation du programme New Approaches New Solutions, qui vise à prévenir le décrochage scolaire. Les participants proviennent de 71 écoles au Québec.

Les 17 550 adolescents ont complété des questionnaires autorapportés au printemps 2007 et ont rempli un questionnaire de suivi une année plus tard, au printemps 2008. Les questionnaires ont été administrés en classe par des assistants de recherche.

Ainsi, les adolescents ont autorapporté leur participation au sport (c.-à-d. « Est-ce que tu pratiques régulièrement un sport organisé? », « Est-ce un sport individuel ou d’équipe? »), leurs sentiments de solitude (ex. « Je me sens seul(e) à l’école. »), leurs symptômes dépressifs (ex. « Durant la dernière semaine, je me suis senti(e) triste. ») ainsi que leurs symptômes d’anxiété sociale (ex. 
« J’ai peur lorsque je dois parler devant toute la classe. »).

Des résultats prometteurs

L’équipe de chercheurs a trouvé que la participation au sport prédisait des symptômes de solitude et d’anxiété sociale plus faibles à long terme, mais n’a pas eu d’influence sur les symptômes dépressifs. De plus, les adolescents ayant des difficultés psychologiques préexistantes et qui pratiquent un sport sont ceux qui voient le plus diminuer tous les symptômes de détresse psychologique mesurés. La fréquence et le type de sport ainsi que le sexe et l’âge de l’adolescent n’ont pas eu d’influence sur les associations. Pour en arriver à ces résultats, les chercheurs ont contrôlé pour l’influence de variables confondantes, telles que l’ethnicité et l’adversité familiale.

Deux mécanismes potentiels pourraient expliquer les résultats obtenus. Une première possibilité serait que la participation sportive réduise les symptômes dépressifs et anxieux par l’entremise des effets neurobiologiques antidépresseurs et anxiolytiques produits par l’activité physique. Une deuxième possibilité serait que la participation au sport réduise la détresse par l’intermédiaire de mécanismes psychologiques et sociaux. En effet, le sport pourrait aider les jeunes à actualiser leurs forces et leur potentiel en leur offrant des opportunités pour développer diverses habiletés sociales (ex. initiative, travail d’équipe, contrôle de soi). Le contexte du sport permettrait également d’être en contact avec des pairs et des adultes prosociaux et de développer des relations significatives avec ces derniers. Les expériences relationnelles positives sont reconnues pour aider à diminuer les sentiments de solitude, de tristesse et d’anxiété sociale.

En bref

En résumé, les résultats de l’étude menée par Frédéric Nault-Brière et ses collègues suggèrent que la participation sportive représente un facteur de protection qui encourage la résilience psychologique chez des jeunes à risque. 

Source de l’étude :
Brière, F. N., Yale-Soulière, G., Gonzalez-Sicilia, D., Harbec, M. J., Morizot, J., Janosz, M. et Pagani, L. S. (2018). Prospective associations between sport participation and psychological adjustment in adolescents. Journal of Epidemiology & Community Health, 72, 575-581.

Partager
Article écrit par Marie-Josée Harbec, psychoéducatrice Catégories présentes: activité| adolescent| anxiété| dépression| physique| tête