Article

Comment aider son jeune à reconnaître ses signaux de faim?

1 mai 2019

alimentation_choix_jeunes_coinsronds_600x400-1.png

Vous avez surement remarqué que certains enfants mangent peu et d'autres beaucoup. C'est un comportement tout à fait normal. En effet, les bébés et les jeunes enfants sont des spécialistes dans l'écoute de leurs signaux de faim et de satiété! Ils peuvent, entre autre, choisir de ne pas manger parce qu'ils n'ont tout simplement plus faim; une habitude qui tend souvent à ne pas être respectée chez les adultes. Pour cette raison, vous êtes en quelques sortes conditionnés à les obliger de finir leur assiette.

Votre rôle de parent consiste à choisir les aliments qui constitueront le repas, à décider de l’heure du repas et enfin à aider vos enfants à identifier ses signaux de faim et de satiété. C’est le meilleur moyen de les amener à consommer la quantité d’aliments dont ils ont besoin pour leur croissance.

Que signifie la vraie faim, la fausse faim, la satiété?

De manière naturelle, l'enfant mange la quantité de nourriture dont il a besoin. Les enfants ont différents besoins et ceux d'uniquement un enfant varient d'un jour à l'autre. Vous ne pouvez donc pas deviner pour lui la quantité d'aliment qui lui est nécessaire. C'est lui le mangeur intuitif ! Il mange à l'heure du repas quand il a faim et arrête de manger quand il n'a plus faim. Il en est ainsi parce qu'il écoute son corps qui lui transmet des signaux de faim et de satiété.

La faim indique que le corps a besoin de nourriture pour bien fonctionner. La vraie faim se manifeste graduellement par des gargouillements, une sensation de creux dans l’estomac, une baisse d’énergie ou de concentration, de l’irritabilité et de l’impatience. Ces signaux ne trompent pas! En revanche, une fausse faim se manifeste par une envie de manger, causée essentiellement par une stimulation sensorielle (vue, odeur, évocation d’aliments appétissants, émotions) ou encore le fait de vouloir se récompenser (gourmandise!).

À l’inverse, la satiété est la disparition de la faim. L’enfant ressent la satiété lorsqu’il retrouve son énergie et qu’il a l’estomac bien rempli après avoir mangé. Pour votre part, vous remarquerez que l’enfant a moins faim quand il commence à jouer avec sa nourriture, ralentit le rythme auquel il mange ou quand il veut se lever de table.

Comment reconnaître les signaux de faim et satiété chez :

  1. Les tout-petits qui ne parlent pas encore

Portez attention aux comportements. S’il a faim, il se mordille les mains, il devient irritable, son ventre gargouille. S’il a suffisamment mangé, il tourne la tête pour protester, jette sa cuillère par terre, laisse tomber les aliments sur le sol.

  1. Les autres enfants

Vous pouvez aider un enfant à garder une bonne écoute de ses signaux de faim et satiété en lui demandant ce qu’il ressent avant un repas. Après avoir mangé, refaites l’exercice puis comparez les réponses pour que l’enfant comprenne comment il se sent lorsqu’il a faim et lorsqu’il n’a plus faim.

Voici des exemples de question à poser pour aider l’enfant à manger de façon intuitive :

  1. Comment sais-tu que tu as faim?
  2. As-tu une petite, une moyenne ou une grosse faim?
  3. As-tu encore faim?
  4. Comment sais-tu que tu as assez mangé?

Répétez-lui de manger lentement et de bien mastiquer, et montrez-lui l’exemple. Ainsi, l’enfant prendra conscience qu’il est maître de la quantité d’aliments qu’il mange. De plus, il vous guidera sur la taille des portions à mettre dans son assiette au moment de le servir. Donnez-lui également la possibilité de se resservir s’il a faim.

Les comportements à éviter avec son jeune lors du repas :

Les adultes peuvent parfois inciter les enfants à terminer leur assiette même lorsqu’ils n’ont plus faim. Il faut donc éviter comportements suivants :

  • Se servir des aliments pour consoler, calmer ou distraire un enfant.
  • Interdire des aliments au menu.
  • Insister pour qu’il mange ou qu’il finisse son assiette.
  • Être fière de lui s’il mange telle quantité d’aliments.

L’habileté à reconnaître la faim de la satiété peut être perdue si l’on force le jeune à manger ou lorsqu’on l’habitue à manger entouré de plusieurs distractions (télévision, tablette, jouet). D’autres facteurs peuvent entrer en jeu, tel que la disponibilité d’un aliment aimé, la peur de manquer de nourriture, le désir de faire plaisir, l’ennui ou différentes émotions.

L’enfant est alors plus à risque de consommer trop ou pas assez d’aliments par rapport à ses besoins réels. Faites en sorte qu’il mange à la table, sans source de distraction. Les repas et les collations sont des occasions idéales pour passer du bon temps en famille. Vous pouvez faire en sorte que l’ambiance des repas soit agréable, le tout sans le forcer à manger.

Le message qu’il faut retenir :

En somme, le partage des responsabilités entre votre enfant et vous lui permet d’être à l’écoute de ses signaux de faim et de satiété. De plus, cela favorise le développement d’une relation saine avec la nourriture. S’il ne termine pas son assiette, ne le forcez pas à manger davantage. N’utilisez pas non plus les aliments en guise de récompense, de punition ou comme moyen de négociation. Votre rôle en d’être un modèle un guide avant tout. Consommez avec intérêt, curiosité et enthousiasme les aliments servis et dites-en du bien devant votre enfant. Le contrôle de la quantité de nourriture revient à l’enfant. Faites-lui confiance!

 

Référence :

Article rédigé par Medina Hicheur, étudiante en nutrition à l'Université de Montréal, en collaboration avec Centre CIRCUIT

Partager
Article écrit par Rédacteur invité Catégories présentes: alimentation| appétit| nutrition| repas